Bien se chauffer avec un poêle à bois ou une cheminée avec insert

L’hiver se rapproche à grands pas et avec lui la nécessité de chauffer son intérieur. Vous venez d’emménager ou vous avez décidé de changer d’appareil de chauffage ? Le choix peut parfois être difficile entre un poêle à bois ou une cheminée à insert. Ces alternatives offrent toutes les deux des avantages et des inconvénients, qui doivent se départager selon plusieurs facteurs. Passons en revue les caractéristiques de chacun de ces modes de chauffage.

Le poêle à bois, efficace et autonome

Le chauffage au bois est très en vogue ces dernières années pour des raisons évidentes d’économie, d’écologie et d’investissement sur l’avenir. De plus, il apporte une atmosphère douillette et chaleureuse très agréable dans la maison. Le poêle à bois fait partie des solutions de chauffage au bois les plus appréciées. Ce corps de chauffe indépendant et habillé est ce qu’on appelle un foyer fermé. Cela signifie que, contrairement à un foyer de cheminée ouvert, il présente des avantages de rendement de chaleur, de sécurité et de propreté. Le poêle à bois s’utilise avec des granulés ou des bûches, une énergie verte renouvelable. Ce mode de chauffage s’est démocratisé dans beaucoup de maisons car il est compact et donc adapté même aux petits espaces. Il peut servir de chauffage principal si la surface d’habitation n’est pas trop grande. Sinon, il faudra le considérer comme un chauffage d’appoint et le coupler à des radiateurs par exemple. Les poêles à bois sont souvent très esthétiques et ont un côté vintage attractif. Certains modèles sont bien plus contemporains et vont à merveille dans un intérieur moderne. La gamme de couleurs est très large et convient à tous les goûts et tous les styles décoratifs.

Dans quelles conditions utiliser un poêle à bois ?

Pour acquérir un poêle à bois, votre habitation doit absolument posséder un conduit de cheminée en bon état. Si ce n’est pas le cas, un professionnel doit impérativement procéder à son installation et à sa révision. Un poêle à bois est globalement plus onéreux à l’achat qu’un insert et doit être entretenu plus régulièrement. Un contrôle du conduit de cheminée doit être effectué une fois par an. Toutefois, les poêles à bois disposent d’une très bonne autonomie pouvant aller jusqu’à 12 heures de chauffe. Placés dans la pièce de vie principale  de la maison, ils apportent du charme et un confort très appréciable. De plus, les poêles à bois modernes incluent un système programmable et automatique. On peut régler la température à son gré tout comme sur un radiateur et varier l’intensité de la flamme. Il est aussi possible de programmer l’allumage du chauffage et de décider qu’il s’éteindra si une certaine température a été atteinte dans la pièce par exemple.

L’insert, la touche de modernité de votre cheminée

De nombreuses personnes disposent d’une cheminée dans leur maison, mais ont renoncé à utiliser ce mode de chauffage au quotidien. En effet, le chauffage au feu de cheminée ouvert entraîne énormément de déperdition de chaleur et des débris de cendres salissants. Une solution innovante et adoptée par de plus en plus de particuliers consiste à installer un insert dans sa cheminée. Ainsi, le foyer est fermé par une porte vitrée et encastré dans l’âtre. L’air  froid est capté par le bas de l’insert, réchauffé puis ventilé par une trappe située en haut de l’insert. Le rendement de ce mode de chauffage est beaucoup plus intéressant, avec des performances énergétiques de l’ordre de 70 à 80%. Autre avantage, un insert peut permettre de chauffer les différentes pièces et même les différents étages de votre maison. Pour cela, il faut le munir d’un répartiteur qui permet la diffusion de l’air chaud. Par contre, l’insert n’a pas d’inertie, contrairement à un poêle. Cela signifie que la chaleur s’arrête presque tout de suite après l’avoir éteint.

Dans quelles conditions utiliser un insert ?

La condition impérative pour installer un insert est de disposer déjà d’une cheminée, utilisée ou non. Si vous faites construire, vous devrez procéder à l’installation de l’âtre en plus de l’insert. Cela demandera forcément un coût assez important et nécessitera l’expertise d’un professionnel. Toutefois, les frais d’entretien de l’insert tout au long de l’année sont minimes. Pour limiter au maximum l’entrée d’air froid, il faut s’assurer que l’insert soit installé exactement aux bonnes dimensions de la cheminée. Ainsi, il fournira la meilleure chaleur possible et n’entraînera pas de déperdition d’énergie. Un des gros avantages de l’insert, c’est sa portée esthétique. Le feu de cheminée fait souvent rêver car il est associé à des valeurs de repli sur sa maison et sur sa famille, de douceur et de convivialité. L’insert, grâce à sa porte vitrée, permet d’admirer la flamme sans en subir les inconvénients. De plus, il permet d’ajouter une facette très moderne à une maison un peu vieillotte. Il cumule les bénéfices de la tradition et de la modernité dans un seul système de chauffage.

Un plancher chauffant pour diffuser la bonne température dans votre maison

Envie de passer à un système de chauffage innovant et esthétique ? Le plancher chauffant a le vent en poupe depuis plusieurs années. En effet, il permet de répandre une douce chaleur homogène dans le logement tout en faisant des économies d’énergie.

Qu’est-ce qu’un plancher chauffant ?

Le principe du plancher chauffant est de faire du sol tout entier de votre maison une surface de chauffage. Il s’agit d’un émetteur “réparti”, au contraire par exemple d’un radiateur qui est un émetteur “localisé”. Le système du plancher chauffant  a été créé dans les années 60, mais n’a pas cessé d’évoluer depuis. Aujourd’hui, il offre aux consommateurs un très bon confort de chauffe par rayonnement.

Les avantages du plancher chauffant

Les amateurs du plancher chauffant apprécient de pouvoir marcher pieds nus sur un sol délicieusement tiède. La chaleur est répartie uniformément dans toute la maison, pièce par pièce. Le ressenti est très différent des autres systèmes de chauffage et séduit la plupart du temps les utilisateurs. Côté esthétique, un plancher chauffant évite d’avoir à supporter des radiateurs disgracieux et qui prennent beaucoup de place dans la maison. De nos jours, les fabricants réalisent des modèles dans un grand choix de matières : PVC, parquet, carrelage, pierre naturelle, moquette, vinyle… Tout est possible ! Pas question donc de faire l’impasse sur le matériau de ses rêves. De plus, le plancher chauffant est très intéressant en combinaison avec une pompe à chaleur ou une chaudière à condensation. Il permet alors de réaliser de belles économies d’énergie.
Côté inconvénients, la pose du plancher chauffant doit impérativement être réalisée par un professionnel et demande un investissement financier. En cas de panne, il est difficile de procéder à une réparation rapide. De plus, tous les bâtiments ne se prêtent pas forcément à la pose de ce type de plancher.

Quel plancher chauffant choisir ?

Il existe globalement deux types de planchers chauffants, chacun avec un fonctionnement différent. Les planchers chauffants électriques sont composés d’un circuit de résistances raccordé à l’installation électrique de la maison. Il est recouvert de plaques isolantes, puis d’un revêtement de sol. Les planchers chauffants hydrauliques, quant à eux, sont composés d’un circuit d’eau chauffé électriquement. Le système est relié à l’arrivée d’eau et une chape est coulée par-dessus. Ces deux types de planchers chauffants sont performants, discrets et esthétiques. Le choix dépend avant tout de l’installation déjà existante dans la maison.

Un radiateur en fonte pour réchauffer les journées d’hiver

Choisir son système de chauffage n’est pas toujours une mince affaire. Heureusement, certains appareils réputés pour leurs performances thermiques sont une valeur sûre. Le radiateur en fonte fait partie de ces systèmes de chauffage qui traversent les âges et sont toujours aussi appréciés des consommateurs.

Les avantages des radiateurs en fonte

Les radiateurs en fonte possèdent de nombreuses qualités qui séduisent aussi bien les particuliers que les professionnels. Tout d’abord, la fonte est un matériau qui est connu pour l’excellent confort de chauffage qu’elle apporte. Un radiateur en fonte permet à la chaleur de se diffuser de manière homogène dans la maison, surtout lorsqu’il a une forme en colonnes. Grâce à l’effet d’inertie, ce type de chauffage continue longtemps à réchauffer doucement la maison, même des heures après avoir été éteint. Cela permet de faire des économies d’énergie en éteignant le radiateur durant les heures les plus chaudes de la journée, en début d’après-midi par exemple. Par contre, bien sûr, cela peut représenter un inconvénient si vous souhaitez baisser rapidement la température de la pièce.

Bien entretenir son radiateur en fonte

Que vous soyez adepte des énergies au bois, au fioul ou des technologies basse température, un radiateur en fonte conviendra à votre foyer. La fonte est un matériau prisé car il est pérenne, très solide et résistant aux choc. Il faut toutefois veiller à l’entretenir pour qu’il dure de nombreuses années. En effet, la fonte a tendance à s’oxyder et nécessite d’être rénovée régulièrement. Il n’est pas facile de trouver un vrai spécialiste des radiateurs en fonte, vous devrez donc être attentif au choix du professionnel. Celui-ci pourra décaper votre radiateur, intérieur comme extérieur, grâce à des procédés d’immersion dans un bain et de rinçage sous haute pression. De plus, votre appareil de chauffage méritera certainement de voir sa peinture rafraîchie de temps à autre.

Le radiateur en fonte, un vrai atout déco

Les détracteurs du radiateur en fonte estiment qu’il est trop imposant et prend beaucoup de place dans une pièce. Pourtant, il possède de réelles qualités esthétiques et peut insuffler une vraie ambiance à votre décoration. Les radiateurs en fonte traditionnels sont très prisés pour leur look mêlant design et vintage. On peut aussi trouver des modèles beaucoup plus modernes qui s’intègrent bien dans les maisons de style contemporain. De toute manière, rien ne vous empêche de repeindre votre radiateur de la couleur de votre choix dès que vous en ressentirez le besoin. Un plaisir pour les amateurs de bricolage et de DIY !

Mobilier : mettez du fun dans votre décoration

En 2020, on refuse de s’imposer une décoration morne et trop sage. Pourquoi s’ennuyer avec du mobilier banal et des coloris tristes alors qu’on peut s’amuser en aménageant sa maison ? Vous pouvez par exemple partir tout droit vers les USA avec une décoration inspirée des ‘diners’ et des westerns. N’hésitez pas non plus à investir dans des poufs, à la fois confortables et follement gais.

Direction les Etats-Unis avec un mobilier US

On connaît tous la mode de la décoration scandinave, tout droit venue des pays du Nord. Et si vous innoviez avec une décoration venue d’encore plus loin ? Les Etats-Unis réservent des idées déco de mobilier vraiment originales et très esthétiques.

Quand votre cuisine se transforme en diner

Prenons l’exemple des diners, lieux emblématiques de la culture américaine. Ce sont des restaurants ouverts quasiment 24/24 et qui proposent des plats et des encas typiquement américains (burger, milk-shake, bacon-oeufs…), le tout arrosé d’un litre de café. Les diners sont généralement conçus dans des pré-fabriqués et adoptent une décoration qui est entrée dans la culture US. Sols en damier, couleurs flashy, juke-box et plaques publicitaires vintage… Vous avez déjà forcément vu des diners dans des films ou des séries américains ! Côté mobilier, cela se traduit par des tables en formica, des tabourets en acier chromé, des banquettes en skaï et des fauteuils de bar rétro. Bien sûr, l’incontournable du diner, c’est son bar. Une tendance qui a été largement reprise dans nos maisons ces dernières années. En effet, les bars offrent l’avantage de créer une séparation pratique et esthétique entre la cuisine et la pièce à vivre. Ils permettent aussi de manger un bout rapidement tout en continuant à vaquer à ses occupations quotidiennes.

Voyage dans les terres de l’Ouest

L’autre pendant des USA et véritable symbole du pays, c’est évidemment la culture western. C’est une décoration qui trouve tout à sa fait sa place dans nos appartements et maisons grâce à son côté chaleureux et dépaysant. Pour le mobilier, privilégiez des matières comme le bois vieilli pour un aspect rustique. Une table et des chaises ou des bancs en teck massif trouveront leur place dans votre salle à manger. Pour aménager votre salon, misez sur un canapé et des fauteuils en cuir sombre. Le cuir doit être craquelé, pour un véritable effet vintage. On doit imaginer que les occupants de la maison y ont passé de longues heures à refaire le monde au coin du feu… Vous pouvez recouvrir vos fauteuils de couvertures à carreaux, de plaids en laine et de coussins en fausse fourrure. Cela donnera un côté très cosy et réconfortant à votre salon. Enfin, pour votre jardin, le mobilier d’extérieur typique des USA est bien sûr le barbecue ! Dès l’arrivée des beaux jours, vous enchaînerez les soirées grillades en famille ou entre amis.

Le pouf, l’incontournable des salons et des terrasses

Les poufs sont devenus très à la mode ces dernières années. Et pour cause : ces grands coussins colorés sont à la fois confortables et très tendance. On aime s’y lover pour lire un livre, prendre l’apéritif, faire une sieste, ou même pourquoi pas travailler. Les vrais poufs sont remplis de billes de polystyrène qui leur permettent de s’adapter à la forme du corps. Cette garniture garantit un confort étonnant et une très bonne stabilité. De plus, cela les rend très ergonomiques et polyvalents : siège, repose-pied, dossier, repose-tête… Certains poufs sont même recouverts d’un revêtement en velours, pour une douceur incomparable. Cela donne envie de se lover dedans et de ne plus en sortir… Un pouf permet de se détendre, dormir, discuter avec ses amis ou simplement chiller en profitant des rayons du soleil ou du radiateur de son salon. C’est un allié qui devrait vous suivre tout au long de l’année !

Comment bien choisir son pouf ?

Si vous voulez que votre pouf dure longtemps, ne lésinez pas sur la qualité. La garniture doit absolument être composée de billes de polystyrène vierges, et non reconditionnées ou broyées. Si ce n’est pas le cas, votre pouf sera moins confortable et pourra présenter des risques pour votre santé à cause des poussières résiduelles. La housse du pouf est idéalement déhoussable et lavable en machine. Il est d’ailleurs recommandé de ne pas le laisser tout le temps à l’extérieur et de le nettoyer de temps en temps. Même si la plupart des poufs destinés à l’extérieur ont un traitement anti-UV, méfiez-vous d’une exposition au soleil trop prolongée. Une fois que vous êtes sûr d’avoir investi dans un pouf de qualité, vous pouvez laisser libre cours à vos envies. Le choix impressionnant de couleurs disponibles sur le marché devrait vous ravir. Rouge, jaune, bleu, rose, vert, orange…. Votre pouf est teinté de nuances vives et colorées pour égayer votre maison. Certains modèles se parent de motifs et d’imprimés fantaisistes. Vous pouvez même vous amuser à les assortir avec les autres pièces du mobilier ou de la décoration de votre demeure.

Des spécialités délicieuses pour les repas de fêtes de fin d’année

Le temps rêvé des fêtes de fin d’année est enfin là ! Plateau de fruits de mer, dinde au four, bûche glacée de Noël… La liste des merveilleux petits plats qui vont défiler sur la table ne manque pas de faire saliver. Peut-être est-ce l’occasion cette année de cuisiner des recettes un peu moins communes, comme les escargots par exemple. Vous accompagnerez cette innovation culinaire d’une coupe de champagne pétillant, ou d’un  grand cru tiré de votre cave à vins.

Bien choisir et bien cuisiner ses escargots

Tradition bien française, les plats à base d’escargots ne sont pourtant pas si fréquents sur nos tables. Pourtant, les recettes ne manquent pas : escargots au beurre persillé, en cassolette, à l’ail, à la provençale, à la bordelaise… Ne vous laissez pas rebuter par l’aspect peu ragoûtant de ces mollusques, car ils ont un goût très appréciable.

Quels escargots mettre sur sa table ?

L’escargot le plus réputé des gastronomes est sans conteste l’escargot de Bourgogne, ou “helix pomatia”. Il ne se s’élève pas, mais est ramassé par un spécialiste appelé l’héliciculteur. Sa taille et son poids peuvent varier (généralement de 25 à 45 grammes). On trouve aussi dans nos assiettes son confrère appelé “helix iucorum”, venu des pays des Balkans ou de Turquie.
Il faut savoir que la grande majorité des escargots que nous consommons viennent d’Europe centrale et d’Europe de l’est. Ils sont ramassés dans la nature, dé-coquillés dans ces pays, puis envoyés vers la France pour être commercialisés. Cependant, la majorité d’entre eux portent tout de même l’appellation “Escargots de Bourgogne”… Si la traçabilité est une chose importante pour vous, ne vous faites pas abuser et sélectionnez des produits qui viennent vraiment du terroir français. Le pays “France” doit être marqué sur l’étiquette. Si ce n’est pas le cas, c’est que vos escargots ont été récoltés et cuisinés dans une autre contrée.

Quelle recette pour agrémenter mes escargots ?

La plupart du temps, on se contente de déguster les escargots quasi nature. On les beurre et on les met quelques minutes au four, juste le temps que la matière grasse commence à frémir. Le beurre est la plupart du temps persillé, c’est-à-dire agrémenté de persil ciselé, d’ail et d’échalote. Les escargots beurrés sont servis avec un peu de moutarde forte ou quelques graines d’anis pour les rendre plus digestes. On les accompagne avec un petit vin de Bourgogne (pour rester dans le ton) ou du Beaujolais par exemple.
De nombreuses autres recettes existent pour sublimer les escargots. Au niveau des sauces, vous avez l’embarras du choix : sauce piquante, aux noix, aux cèpes, à la crème d’ail, au Riesling… Les escargots se préparent également en feuilletés, en profiteroles, en fricassée, en bouchées à la reine, en galettes, et même en tarte !

Une petite coupe de champagne ?

Le champagne est bel et bien la boisson alcoolisée reine des fêtes (à consommer avec modération bien sûr). Ses fines bulles et sa robe dorée grisent les convives, qui l’associent à la joie et à la convivialité. D’ailleurs, on associe automatiquement le champagne aux grandes occasions, et les fêtes de fin d’année en sont bel et bien une.

Faut-il choisir un breuvage d’exception ?

Qu’est-ce qu’un bon champagne ? A coup sûr, ce n’est pas un mousseux ou un crémant bas de gamme. Pour autant, est-on obligé d’investir dans un Moët et Chandon, un Bollinger ou un Ruinart ? Pas forcément. Si vous habitez non loin de la région Champagne, nous ne saurions que vous recommander d’aller faire le tour des producteurs. En plus d’être l’occasion d’une charmante virée dans les vignobles, vous pourrez ainsi déguster de délicieux champagnes à prix doux directement chez le producteur. Vous pourrez aussi exercer votre palais et apprendre à reconnaître les différents cépages (chardonnay, pinot meunier ou pinot noir). Attention : le champagne de votre choix doit absolument disposer d’une AOC (Appellation d’Origine Contrôlée), afin de certifier sa qualité.

Comment servir le champagne ?

L’art de faire couler le champagne ne s’improvise pas. Ne servez pas ce breuvage exceptionnel comme vous rempliriez un verre d’eau… En effet, le fait de savourer un bon produit passe aussi par sa mise en valeur. Le fait d’accorder du soin à la présentation et au service du champagne le rend encore plus précieux et délicat aux yeux de vos convives. Tout d’abord, nous vous déconseillons fort de sabrer le champagne. Cette pratique qui paraît amusante et traditionnelle est surtout très dangereuse, et amène des gens aux urgences chaque année ! De plus, cela vous fait perdre une belle quantité de votre breuvage, et c’est bien dommage.
Après avoir ouvert avec précaution la bouteille de champagne, tenez-la bien par la base et non par le col. Il est conseillé de remplir une coupe en deux fois, pour laisser le temps à la collerette de mousse de bien s’épanouir harmonieusement. Le verre se remplit aux deux-tiers, pas plus, pour que les arômes puissent bien se diffuser. Attendez un peu avant de boire pour la même raison. Enfin, n’oubliez pas de trinquer les yeux dans les yeux avec vos proches !

Demandez une cave à vin pour Noël

Bien sûr, vous ne boirez pas que du champagne à table. Le vin, généralement rouge ou blanc, occupe une place essentielle auprès des plats lors des repas de fin d’année. Il s’accorde avec chacun des mets présentés et en relève la saveur grâce à ses accords complémentaires. Vous êtes déjà familier des différents cépages et des subtilités de la boisson ? Vous savez donc certainement qu’il faut conserver le vin dans certaines conditions et sous une certaine température. Mais tout le monde n’a pas la chance de disposer de la fraîcheur d’une cave ou d’un sous-sol chez soi… La solution, c’est bien sûr d’investir dans une cave à vin. Noël est la période idéale pour demander à son entourage un joli cadeau au pied du sapin… dont ils pourront profiter lors des prochains repas festifs !

Quelle cave à vin choisir ?

Le choix de caves à vin est assez large et dépend avant tout de vos besoins. En effet, il existe trois types de caves à vin. La première est conçue uniquement pour le service et comprend plusieurs zones de températures, afin de servir chaque vin dans des conditions optimales. La deuxième sert au bon vieillissement et à la conservation des vins et est réfrigérée entre 10 et 14 degrés. A noter que lorsqu’on parle de conservation, c’est pour garder les vins pendant cinq ans maximum, alors que la durée va jusqu’à vingt ans et plus dans le cas du vieillissement. Enfin, troisième option, certaines caves à vin dites multi-usages servent aussi bien pour le service que pour la conservation et le vieillissement. Elles sont divisées en plusieurs zones, certaines pour les bouteilles de vin prêtes à la consommation et d’autres pour celles qui sont destinées à prendre de l’âge.
De nombreuses marques proposent aujourd’hui des caves à vin, parfois appelées armoires à vin. Les modèles et les prix varient fortement. Une grande partie des caves à vin possède des portes vitrées, qui garantissent une certaine esthétique. Toutefois, si votre cave est destinée à être exposée dans la maison en plein jour, il faut mieux s’en passer. Cet type de vitres laisse passer les rayons UV, ce qui n’est pas très bon pour le vin. Deux critères sont importants pour une cave à vin de qualité : un bon maintien de la température ambiante et une hygrométrie stable. Cela signifie que le taux d’humidité dans l’air doit être supérieur à 60%. Ensuite, tout dépend de vos goûts et de vos attentes !

Comment bien choisir son sol en céramique ou en parquet ?

Quelle est l’une des premières choses que l’on remarque en entrant dans un appartement ou une maison ? La décoration, bien sûr, les meubles, évidemment… mais aussi le sol. Socle sur lequel s’appuie tout le reste, le sol d’une habitation en dit long sur le style décoratif et sur la personnalité de ses habitants. D’ailleurs, un sol peut changer radicalement l’atmosphère d’un endroit. Ainsi, un parquet en bois donnera une apparence chaleureuse alors qu’un sol en mosaïque nous transportera en terres méditerranéennes. Il est donc important de choisir avec soin le sol de sa maison en examinant minutieusement les différentes options.

Un sol en céramique, symbole d’élégance et de naturel

La céramique est un matériau très apprécié pour les sols des maisons. Abordable pour toutes les bourses et polyvalent, il se décline sous différentes formes. En effet, le carrelage en céramique est composé d’une base d’argile à laquelle on ajoute des composants naturels : sable, quartz, terre… Selon la composition de la céramique, on peut donc aboutir à des résultats très différents.

Les sols en terre cuite

La plupart des sols céramique sont en terre cuite. Ce matériau très poreux est composé de sable et d’argile qui peut être de différents coloris (jaune, rouge, ocre, marron…). Sa couleur fonce lorsque la cuisson est élevée, garantissant ainsi une bonne solidité. Les mosaïques font partie des sols en céramique les plus appréciés pour leur beauté. Ils nous renvoient à tout un patrimoine architectural et décoratif (les mosaïques grecques, florentines, provençales…). Une mosaïque est composée d’émaux, qui sont des carreaux de terre cuite recouverts d’un enduit dur cuit au four. La faïence est également appréciée pour son élégance, même si elle est réputée pour être assez fragile. Elle est obtenue à partir d’argile claire, de sable et de roche calcaire. Autre exemple de sol céramique en terre cuite, les tomettes sont des petits carreaux de terre cuite de forme octogonale et de teinte rouge. On les retrouve généralement sur les sols extérieurs.

Les sols en grès

Toutefois, il n’y a pas que les sols en terre cuite. Le grès est également une forme de céramique, bien que moins connu comme tel. Le grès cérame se compose d’argile et de composés minéraux tels que le quartz et le feldspath. Cuit à très haute température, il est beaucoup plus pratique à l’usage que la mosaïque ou la faïence. En effet, il résiste aux taches et à l’humidité, est anti-dérapant et très peu poreux. Le grès étiré possède la même composition, mais il est fabriqué selon une méthode qui diffère. Cela lui donne une grande robustesse, mais aussi un aspect rustique un peu moins esthétique.

Un sol en parquet, une valeur sûre qui ne se démode pas

Le parquet en bois est un incontournable que l’on retrouve dans de nombreuses habitations d’époque. De nos jours, on lui préfère souvent des matériaux plus modernes et plus faciles à nettoyer. Pourtant, le parquet en bois possède un cachet inimitable et instaure une atmosphère à la fois chic et chaleureuse. Idéal pour habiller le sol d’un salon ou d’une chambre, il dure de longues années s’il est bien entretenu.

Un parquet en bois massif ou contrecollé

Si vous disposez d’un certain budget, investissez dans un beau parquet en bois massif. Il donne du caractère à une pièce grâce à son caractère unique. Il existe des dizaines d’essences de bois différentes : à vous de choisir selon vos préférences esthétiques. Le chêne, le hêtre et le châtaignier sont des essences indigènes classiques, qui conviennent à tout type d’habitation. Depuis plusieurs années, les essences exotiques ont le vent en poupe grâce au choix de coloris qu’elles offrent et à leur grande résistance. On peut citer le wengé, le teck, l’iroko… Les parquets en bois de cerisier, d’érable ou de merisier, de couleur claire, sont aussi très appréciés.
Vous pouvez opter pour un parquet contrecollé : il dispose d’une partie supérieure composée de l’essence de bois que vous désirez et d’une partie inférieure généralement en bouleau. Il existe des parquets contrecollés de très bonne qualité avec une bonne épaisseur de parement. Ils constituent une alternative très intéressante aux parquets en bois massif.

Un parquet en stratifié

Pourquoi ne pas opter pour un parquet en stratifié ? Contrairement aux souhaits des puristes, ce n’est pas un vrai parquet en bois. Il fait toutefois parfaitement illusion, que ce soit au niveau de l’aspect, de la texture et du toucher. De plus, ce type de parquet est très facile d’entretien par rapport à un sol en vrai bois. Pour un parquet stratifié imitation bois, il est recommandé d’opter pour un sol de bonne qualité, de minimum 12 millimètres d’épaisseur. Comme il est d’un très bon rapport qualité-prix, l’usage du sol stratifié s’est répandu dans de nombreuses habitations. Sa pose est très simple car il suffit de clipser les lames du parquet entre elles. Auparavant, il est important de protéger le sol avec une sous-couche adaptée, dans le cas où vous n’avez pas acheté un parquet avec sous-couche intégrée.

Habitat : de grands projets de construction en 2020

Et si vous vous lanciez dans un grand chantier en 2020 ? La fin d’année 2019 est le moment parfait pour se pencher sur les projets de l’année à venir. Que vous souhaitiez construire un habitat modulable, une maison passive, un chalet résidentiel, un bâtiment avec des fondations en pieux ou un abri pour votre voiture, vous aurez sûrement besoin d’un temps de réflexion. Prenez un peu de temps pour vous pencher sur votre projet de construction.

L’habitat modulable, une vraie solution d’avenir

Si vous vous renseignez sur la construction d’une résidence, vous devez certainement vous intéresser aux alternatives récentes. L’habitat modulable fait partie des avancées les plus intéressantes en matière de construction et d’architecture au XXIème siècle.

Un constat de société

Les constructeurs sont partis d’un constat simple : de nos jours, l’acte d’achat est motivé par la situation familiale dans laquelle se trouve l’acheteur. Par exemple, un jeune couple sans enfant va être intéressé par un grand duplex avec de vastes espaces communs. Mais que se passe-t-il si ce même couple a un désir d’enfant quelques années plus tard ? Il vend ou loue son bien et déménage dans un autre logement, avec une deuxième chambre. Ainsi, les propriétaires sont soumis aux changements constants dans leur propre vie. Mais notre existence évolue tout le temps et le noyau familial est régulièrement bouleversé : arrivée du premier enfant, du deuxième enfant, départ des enfants partis faire leurs études, retraite, assistance médicalisée à domicile… Il est bien sûr impossible de déménager tout le temps !

Comment modifier facilement l’agencement de sa maison

C’est pour cette raison que les constructeurs ont pensé à l’habitat modulable. L’idée ? Pouvoir changer l’agencement de son domicile selon ses envies et sa situation familiale. Par exemple : un foyer dispose d’un loft de soixante-dix mètres carrés. Grâce à l’habitat modulable, il est possible d’ajouter une pièce qui fera office de bureau. Pour cela, pas besoin de se lancer dans des grands travaux qui nécessitent du temps, de l’argent et un gros outillage de chantier. Les constructions modulables sont facilement modifiables grâce à des parois et des murs faciles à ajouter ou, au contraire, à détruire. Elles sont également largement équipées en prises électriques et en arrivées d’eau, pour que chaque partie du logement puisse devenir une pièce à part entière. L’habitat modulable, c’est aussi des solutions malignes : une paroi amovible ou coulissante, un lit qui se rétracte dans un mur, une trappe qui dégage un passage vers une pièce à l’étage… Le but est de gagner de la place et de ne définir aucun aménagement comme “figé”.
Les habitats modulables ont de beaux jours devant eux car ils répondent à nos exigences de polyvalence, de simplicité et de praticité. Ils sont parfaits pour les primo-acquérants qui ignorent encore de quoi sera fait l’avenir.

Un vrai désir de changement avec les maisons écolo

Il est urgent d’inverser la tendance du réchauffement climatique, et le monde en a de plus en plus conscience. A son échelle, chacun réalise de petits gestes du quotidien pour diminuer son empreinte écologique : faire du tri sélectif, réduire sa consommation d’eau, acheter des produits bio et locaux… Mais ces bonnes résolutions peuvent aussi s’appliquer à des domaines beaucoup plus vastes, comme celui de la construction. Car l’environnement où nous vivons a un impact énorme sur notre planète. C’est pour cette raison que la mouvance écolo a commencé à s’inviter dans le secteur de la construction. Les plus engagés ne sont pas les seuls à s’intéresser à ce type de résidence. En effet, ces maisons d’un genre  nouveau permettent de faire des économies d’énergie… mais aussi d’argent. Un effet deux-en-un très profitable à tous les foyers, et qui contribue à respecter la Terre et notre environnement.

Les maisons passives, la solution ?

Les maisons passives, ou éco-constructions, attirent de plus en plus particuliers et professionnels. Ces résidences ont l’avantage de réduire la pollution engendrée par leur construction, mais aussi et surtout de ne pas engendrer de gaspillage d’énergies fossiles. C’est donc un moyen idéal de faire du bien à la Terre ainsi qu’à son portefeuilles ! En pratique, les maisons passives sont construites de manière à être parfaitement intégrées dans leur environnement. Cela passe par leur position par rapport au soleil et par rapport aux vents dominants, par exemple. Le chantier doit être mené en respectant le plus possible l’environnement et en utilisant des matériaux de construction écologiques. On utilise surtout le bois, la paille, la terre crue… L’isolation thermique est une phase cruciale de l’éco-construction. Elle consiste à utiliser des matériaux naturels, comme la laine de lin, la fibre de bois ou la laine de chanvre, pour assurer une parfaite isolation thermique de la maison. Ainsi, plus de chauffage ou de climatisation à outrance qui contribuent à gaspiller des énergies fossiles.
Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les maisons passives ne sont pas forcément beaucoup plus onéreuses que les maisons plus traditionnelles. En effet, elles permettent de faire des économies conséquentes au quotidien, qui font vraiment la différence sur le long terme.

Un chalet résidentiel pour un vrai confort de vie

Au rayon des résidences qui font rêver les Français, on trouve sans hésitation les chalets résidentiels. Le fantasme de cette jolie maison en bois occupe une bonne place dans l’imaginaire des propriétaires. Pourquoi cela ? Parce qu’un chalet résidentiel procure immédiatement une impression de chaleur, d’authenticité et de naturel. On pense automatiquement à des vacances à la montagne ou à la campagne, mais pas seulement. De nos jours, des chalets résidentiels sont même construits en bordure des villes. Leur charme certain se distingue des autres habitations à proximité et leur confère un cachet incroyable.

Les intérêts de faire construire un chalet résidentiel

Il y a plusieurs raisons qui motivent l’achat ou la construction d’un chalet résidentiel. La première, c’est de pouvoir disposer d’un logement très esthétique et intéressant d’un point de vue thermique. Il est tout à fait possible de faire d’un chalet sa résidence principale. La deuxième, c’est d’avoir une résidence secondaire, à la montagne ou dans un autre environnement aussi dépaysant. C’est l’assurance d’avoir un endroit très plaisant où partir en vacances tous les ans et où se rassembler avec sa famille et ses amis. Enfin, la troisième raison de faire construire un chalet résidentiel, c’est de louer. Ce type d’habitation remporte un succès fou auprès des vacanciers, que ce soit en location simple ou sur les plate-formes comme Airbnb ou Booking. Un bon compromis souvent adopté consiste à utiliser le chalet comme résidence secondaire à certaines périodes de l’année et à le louer aux vacanciers le reste du temps.
Le principal avantage du chalet résidentiel, c’est d’être construit en bois. Ce matériau naturel possède d’excellentes qualités thermiques et isolantes. Il permet donc de faire des économies de chauffage et, logiquement, d’énergies fossiles. Côté esthétique, un chalet possède un charme impossible à ignorer. Selon le style de l’architecte et les envies du propriétaire, il peut être construit de différentes manières. Les chalets pittoresques et authentiques sont très appréciés pour un véritable retour aux sources. A l’inverse, les chalets contemporains ont aussi beaucoup de succès. Ils mêlent souvent le bois à d’autres matériaux plus modernes, comme le verre ou l’acier. Ces habitations prouvent qu’un chalet résidentiel peut avoir un style décoratif à la fois élégant et épuré.

Construire sur un sol meuble avec des fondations en pieux

On ne choisit pas toujours le terrain sur lequel on va construire sa maison. Parfois, les propriétaires pensent avoir trouvé le terrain parfait mais se rendent compte que le sol est très meuble. Ce n’est pas forcément un problème si on construit la maison sur des fondations appropriées. Les pieux sont un très bon moyen de contourner cet obstacle.

Pourquoi utiliser des pieux pour les fondations ?

De tout temps, on a dû construire des maisons sur des sols meubles, mous ou même marécageux. Si les pilotis étaient une solution pour construire des habitations en hauteur, ils ne l’étaient pas pour des habitations à niveau du terrain. C’est pour cela que les constructeurs ont eu l’idée d’utiliser des pieux pour supporter les bâtiments construits en matériaux lourds (briques, pierres, parpaings…), sans que la maison ne s’enfonce dans le sol meuble. Depuis, les pieux ont prouvé leur utilité et sont régulièrement utilisés pour les fondations des habitations. Comment cela fonctionne-t-il ? Par deux effets. La première, c’est la longueur des pieux qui leur permet de s’appuyer directement sur la sous-couche la plus dure du sol. La deuxième, c’est le nombre et l’espacement des pieux qui permet d’apporter une fondation stable.

Quel type de pieux privilégier ?

Il existe deux grands types de pieux utilisés pour les fondations. Les pieux battus ont été pré-conçus et sont généralement en acier ou en acier et béton. Les pieux forés, quand à eux, sont fabriqués sur mesure après le forage du terrain où va être construite la maison. Il y en a là encore plusieurs sortes : les pieux forés simples, les pieux forés tubés et les pieux à tarière creuse. Pour savoir lesquels seront les plus appropriés pour les fondations de votre maison, il faut vous tourner vers un expert du BTP. Il déterminera quel poids de charge devra supporter le sol en fonction de votre projet de construction. Il fera également son choix en fonction de la nature précise du sol et de l’environnement dans lequel va être implantée la maison. 

Faire construire un abri pour sa voiture

Peut-être avez-vous déjà fait construire votre maison et souhaitez-vous procéder à quelques aménagements. Un des projets annexes de construction les plus fréquents est celui du garage ou de l’abri de voiture. En effet, de très nombreux foyers possèdent un ou deux véhicules et ont besoin de les protéger des intempéries. Laisser sa voiture exposée aux averses, à la neige et aux fortes chaleurs est très désagréable. Si vous avez la chance d’avoir un petit terrain non loin de votre maison, vous pouvez très bien faire construire un abri pour voiture. Ce dernier présente plusieurs avantages par rapport à un garage. Il est bien plus simple à construire et coûte beaucoup moins cher. Il assumera parfaitement ses fonctions de protection des intempéries. Par contre, il ne protègera pas votre voiture aussi bien qu’un garage des regards indiscrets et des vols.

Quel abri de voiture choisir ?

Il existe différentes sortes d’abris de voiture, selon la configuration de votre maison et de votre terrain ainsi que vos envies. L’abri de voitures simple est le plus fréquent. Il est parfait pour abriter un unique véhicule ou pour servir d’abri d’appoint à un garage. L’abri de voitures double est plus spacieux et peut accueillir deux voitures, ou bien une voiture et un vélo ou une moto. Accolé à la maison, il peut même servir d’espace de stockage et de terrasse informelle. Si vous ne voulez pas que votre abri de voiture soit adossé à un mur de votre habitation, vous pouvez opter pour un modèle autoportant. Il permet de s’affranchir des contraintes liées à la configuration de la maison. Enfin, certains abris de voiture sont couplés à une remise pour entreposer du matériel.

Quel matériau pour mon abri de voiture ?

Là encore, vous avez de nombreux choix. Le PVC est l’option la moins onéreuse, mais aussi la moins esthétique et la moins écologique. A noter que le PVC tient bien dans le temps et n’a pas besoin d’être traité contre la pluie. Le bois nécessite un peu plus d’entretien, notamment un traitement imperméabilisant. Il est toutefois beaucoup plus joli et possède de bonnes qualités d’isolation thermique. Le fer forgé s’utilise moins souvent dans la construction d’abris de voiture, mais il est résistant et peu cher à l’achat. Enfin, l’aluminium fait partie des matériaux les plus prisés pour ce type de construction. Écologique, malléable et personnalisable, solide, léger, pérenne… L’aluminium a vraiment presque tout bon. Attention toutefois : étant donné que c’est un matériau sensible aux rayures, il faut éviter tout accrochage avec la voiture. De plus, le revers de la médaille de toutes ces qualités est son prix assez élevé.